Sainte Hildegarde de Bingen

Une bonne Alimentation

La viriditas

Sainte Hildegarde nous conduit à travers les immenses réserves de la nature pour nous apprendre à y discerner la valeur curative, bien-faisante, que les plantes, les fruits, les animaux, les poissons, etc., peuvent avoir pour l'homme. Chaque élément de la nature possède ainsi sa valeur, salutaire ou nuisible, que les ouvrages de l'abbesse nous apprennent à discerner. Mais pour comprendre, il faut d'abord s'habituer à certains termes: la qualité - chaude ou froide, sèche ou humide - de chaque élément, par exemple. Hildegarde y ajoute une notion de son cru : la viriditas - ce mot construit par la sainte est à la racine de toute sa conception de la santé. Principe de verdeur, de vitalité, énergie vitale au sein de tout élément naturel, c'est l'expression même de la force divine dans la Création. Tous les aliments, plantes, remèdes qu'elle préconise, sont proposés en fonction de leur capacité à stimuler, restaurer, renouveler la viriditas.

Eliminer la bile noire

Toute une série de remèdes - si besoin - et surtout une alimentation appropriée, permettront d'éliminer la bile noire. Elle connaît les méfaits de la bile noire dans l'organisme, ce qui signifie qu'elle a des vues absolument justes sur le rôle du foie et les conséquences de ses dérèglements éventuels. On trouve là le souci de soigner le malade plutôt que la maladie, l'attention apportée aux comportements comme effets d'un dérèglement intérieur, la beauté, l'harmonie comme nécessaires à l'épanouissement humain. Pour Hildegarde l'état naturel de l'homme est la santé, que seule est venue détruire la faute.

Une réserve inépuisable

Retrouver, maintenir, protéger la santé naturelle à l'homme, assurer le plein exercice de ses capacités, c'est affaire de simple bonne volonté, tenant à la fois de l'esprit et du corps. La nature a une réserve inépuisable d'éléments entre lesquels il faut savoir discerner pour arriver à un bon régime alimentaire qui permet de préserver l'équilibre ou de le retrouver s'il a été perdu. Ce régime inclut une petite cure monodiète avec l'épeautre, épices et tisanes diverses qui détend l'organisme, lui permet d'éliminer périodiquement les excès, donc de retrouver le calme.

Ses aliments préférés et ses conseils pour la santé

Parmi ceux qui possèdent le plus de "vertus", ses aliments favoris sont les suivants:

L'épeautre - "L'épeautre est la meilleure des céréales !" affirme le Dr Hertzka dans l'un de ses ouvrages "Les Secrets de Cuisine", en pré-cisant que s'il venait à être atteint de cancer, il se retirerait sur un alpage avec un sac rempli d'épeautre afin de voir qui, du cancer ou de la plante, serait vainqueur. Ainsi, la cuisine hildegardienne, repose essentiellement sur l'épeautre, elle en est le composant essentiel. Tous les autres ingrédients - herbes et épices - sont plus ou moins nécessaires ; leur utilisation peut varier selon nos goûts et nos besoins, hormis l'épeautre. Il est impossible, affirme Sr Rose-Marie Muller, religieuse et professeur d'arts ménagers en Autriche, qui a mis au point de nouvelles recettes (parues dans "L'épeautre Gourmand") de renoncer à cette céréale si nous voulons être en bonne santé. Elle cite le Dr Strehlow selon lequel "l'alimentation est jusquà 90 % responsable de notre état de santé". (Les textes qui suivent sur l'épeautre sont extraits des conférences de Sr Rose-Marie) - Il est vrai, dit-elle, que nous avons généralement tendance à abuser de nourriture, à manger "trop" de diverses façons: trop salé, trop gras, trop sucré, tandis que d'une manière générale notre alimentation est carencée en fibres alimentaires. L'épeautre est une céréale ancienne qui n'a guère connu de pression de sélection, et il est communément admis que l'épeautre est l'ancêtre du blé. Il s'agit d'une céréale rustique, et donc très peu exigeante, qui tolère bien le froid et s'accommode parfaitement de sols pauvres. L'épeautre a fait partie pendant des siècles de l'alimentation courante dans les campagnes, avant que sa culture n'ait régressé au profit du blé. On le cultive encore en Souabe principalement, et aussi en Suisse, aux Pays-Bas, en France et aux U.S.A. Hildegarde nous dit que l'épeautre est la meilleure des céréales, riche et plein de force et plus digestible que tous les autres grains. Il rend saine la chair de quiconque en mange, et génère un sang pur. Il met la joie au cœur et donne de l'entrain. Cette céréale est supérieure au blé de par sa constitution même. D'ailleurs, l'épi d'épeautre se distingue de l'épi de blé par sa forme et par sa couleur. Le grain d'épeautre est efficacement protégé par une double bale des influences nocives de l'environnement (produits de fission radio-actifs, pluies acides, produits chimiques, etc.), comme l'ont confirmé les mesures de radioactivité relevées, entre autres, après la catastrophe de Tchernobyl, ainsi que les mesures de résidus radioactifs. Cette bale en effet se compose d'une enveloppe externe, la glume, qui constitue un premier bouclier, cependant qu'un second tégument ou glumelle, protège directement le grain. Du fait de cette double enveloppe adhérente, les épis d'épeautre ne peuvent être simplement battus comme les épis de blé, il leur faut subir une opération spéciale de décorticage. La bale quant à elle, autrefois appelée "bauffe" ou "menues pailles", est bien plus qu'un simple produit résiduel. En effet, la bale d'épeautre renferme près de 90 % de silice (ou dioxyde de silicium). Or cette substance exerce à travers la peau une action directe sur les organes : sans silice, il n'est pas de tissu conjonctif sain et ce n'est pas un hasard si nos grands-mères faisaient dormir leurs enfants sur des paillasses remplies de ces "menues pailles". Plus l'organisme est jeune, plus il a besoin de silice pour la bonne constitution de ses tissus; la silice a d'ailleurs pour vertu d'augmenter la résistance de l'organisme contre les maladies, et c'est à juste titre qu'Hildegarde en fait l'éloge. Les adultes donnent la préférence aux oreillers en fine toile de coton remplis de bale pour combattre des maux tels que les migraines ou les maux de tête, les douleurs à l'épaule, la nervosité, l'insomnie, les troubles de la vue ou de l'ouïe, et plus particulièrement la sinusite maxillaire ou frontale. En tout état de cause, la bale augmente les chances de guérison. Sa haute teneur en silice en fait assurément un précieux auxiliaire pour traiter certains problèmes capillaires. La bale fait, il est vrai, un retour en force, non seulement sous forme d'oreiller ou de coussin, mais aussi de paillasse ou de garniture de lit. Pour profiter des effets salutaires de la bale sans discontinuer, il est nécessaire de renouveler les "menues pailles" tous les sept ans. L'épeautre a une composition parfaitement équilibrée en protéines, hydrates de carbone, lipides, minéraux, oligo-éléments, vitamines, et il contient beaucoup de cellulose. Les personnes âgées ont davantage besoin de protéines du fait de l'usure et de la destruction plus rapide des cellules de l'organisme qui se renouvellent aussi moins facilement. Les unités structurales de base des protéines sont les acides aminés. L'épeautre renferme davantage de leucine, de méthionine et de phénylalanine que le blé. La phénylalanine libère la dopamine et les deux hormones médullo-surrénales que sont la noradrénaline et l'adrénaline. Adrénaline et noradrénaline sont responsables de notre bonne humeur ; aussi une carence pourrait-elle se traduire par un état dépressif. Ces deux hormones endocrines exercent également une action régulatrice sur la tension artérielle. Le tryptophane stimule pour sa part la production d'une substance aminée, la sérotonine, qui intervient dans la maîtrise des comportements et de l'humeur. Nous savons que le bon équilibre psychique constitue le plus sûr des boucliers contre la maladie, d'où le rôle privilégié de l'épeautre qui arrive en tête des aliments propres à stimuler les défenses immunitaires de l'organisme et à lui assurer une bonne santé. L'épeautre est une source non négligeable de vitamines, puisqu'il contient plus de vitamine B1, d'acide nicotinique et de vitamine B2 que le blé. Toutes ces vitamines sont indispensables au maintien des fonctions vitales de l'organisme au service desquelles chacune d'elles remplit une fonction spécifique. La vitamine B1 stimule l'appétit et intervient dans le fonctionnement du cœur. Une carence peut entraîner des troubles cardiaques et des crampes musculaires. Elle peut affecter aussi les nerfs et provoquer douleurs et inflammations ; la fatigue nerveuse et physique en est un symptôme. La riboflavine ou vitamine B 2 régularise le fonctionnement du système digestif et intervient dans l'équilibre de la peau. Elle est également précieuse pour la croissance normale de l'enfant et le bon développement de l'organisme. Sa présence dans l'organisme en quantité suffisante prévient par ailleurs les lésions oculaires. Une déficience peut entraîner des troubles de la digestion, de la vision, ainsi que des dermatoses. Hildegarde définit ainsi l'importance capitale des hydrates de carbone pour la constitution et le bon fonctionnement de l'organisme. L'énergie solaire accumulée dans l'épeautre est libérée dans l'organisme au moment de la digestion; or, cette chaleur végétale est la meilleure source d'énergie qui soit pour toutes les cellules du corps. Notons que les cellules du cerveau ont impérativement besoin de glucose qui est un hydrate de carbone simple pour pouvoir fonctionner. L'amidon peut également être stocké comme réserve énergétique dans les cellules musculaires, ce qui permet à l'organisme de puiser dans ses réserves en cas de maladie, Les minéraux et oligo-éléments font eux aussi de l'épeautre un aliment précieux. Celui-ci est encore très riche en phosphore, qui participe à l'édification de toutes les cellules de l'organisme, surtout des cellules cervicales, hépatiques et musculaires. L'épeautre mérite à juste titre d'être promu "reine des céréales" dans notre cuisine. L'éventail des produits d'épeautre proposés dans le commerce nous permet de varier les menus à volonté.

L'épeautre décortiqué - Nous trouvons en premier lieu le grain entier, c'est-à-dire l'épeautre décortiqué utilisé habituellement dans les soupes, les salades, les plats principaux, mais aussi dans les desserts et pâtisseries. Mettre de préférence les grains à tremper la veille au soir, puis les faire cuire le lendemain de 10 à 15 minutes, et les laisser reposer encore un peu dans l'eau de cuisson.

L'épeautre perlé - Les grains ont été débarrassés de leur cuticule et polis; l'épeautre perlé permet de remplacer avantageusement le riz! Recommandé aux estomacs délicats, il est excellent et très digeste.

L'épeautre concassé - Il s'agit des grains décortiqués que l'on a grossièrement broyés. L'épeautre concassé cuit plus vite encore que l'épeautre perlé, il est idéal pour les soupes, les gratins, les quenelles et galettes.

La semoule d'épeautre -La semoule d'épeautre est le résultat d'une mouture plus fine, elle est débarrassée de l'enveloppe du grain et de la poussière de fanne ; mais on trouve également de la semoule complète (que l'on peut faire chez soi, avec son moulin à céréales).

L'épeautre égrugé - les grains décortiqués subissent une mouture plus grossière que la farine on reconnaît l'épeautre égrugé à ses petits grumeaux (pulvérisation grenée). C'est le principal composant du bon Muesli d'épeautre du petit-déjeuner.

La farine complète d'épeautre - résulte de la fine mouture du grain entier. Si l'on dispose d'un moulin à céréales, il est préférable de moudre les grains peu avant d'utiliser la farine ; cela présente l'avantage d'avoir un produit frais. Le stockage est en effet défavorable aux vitamines qu'il détruit lentement. L'usage du moulin à céréales ne peut être que recommandé pour la cuisine hildegardienne.

La farine blanche d'épeautre - donne un pain excellent tout aussi digestible que le pain complet pour cette raison que l'assise protéique de l'épeautre n'est pas confinée à la périphérie du grain elle est présente aussi dans l'amande, dans les grains d'amidon qu'elle imprègne sur un fin maillage, ce qui n'est pas le cas du blé dont les protides, les minéraux et la vitamine D sont confinés à la périphérie du grain. Cela ne veut pas dire qu'il faille renoncer au pain complet (ou demi complet) qui est un trésor de vitamine B 1 et qui, grâce au son qu'il contient, facilite le transit intestinal. Chaque pain a une action différente sur l'organisme.

Les flocons d'épeautre - sont des grains décortiqués, étuvés et réduits en lamelles avant d'être séchés. On les trouve dans le commerce, des plus gros aux plus fondants, selon les goûts et l'usage que l'on en fait. Il y a encore toute la gamme des pâtes d'épeautre de toutes formes, complètes ou non, aux œufs ou sans, aux herbes... jusqu'aux petites pâtes à potage.

Les corn-flakes d'épeautre - sont bien meilleurs que les chips (de pommes de terre) qu'ils remplacent, là encore, avantageusement. On peut les grignoter à toute heure en cas de petit creux, mais aussi en ajouter à ses muesli au petit-déjeuner.

Les pop-corn d'épeautre - dont les enfants raffolent tout particulièrement et qui est l'épeautre soufflé au miel. On peut également se procurer du son d'épeautre qui stimule le transit intestinal, et que l'on peut ajouter d'une manière plus générale à la nourriture que l'on prend.

Le café d'épeautre - (épeautre torréfié) qui, lui, fait seulement du bien à la santé, même s'il n'exhale pas le délicieux arôme du vrai café qui nuit plutôt à l'organisme. Les rhumatisants seront les premiers à apprécier les bienfaits du "café d'épeautre".

Le fenouil - De quelque manière qu'on le mange, le fenouil rend joyeux, assure un teint frais ainsi qu'une agréable odeur corporelle et une bonne digestion.

Les châtaignes - Le châtaignier est très chaud et pourvu d'une grande puissance, car il symbolise la modération et tout en lui a son utilité contre chaque faiblesse de l'organisme.

Les amandes - "Que celui qui a le cerveau vide, une mauvaise couleur du visage, mal à la tête, mange souvent le fruit de l'amandier." On peut consommer cinq ou dix amandes par jour pour fortifier le cerveau (ou consommer l'amande sous forme de pâte à tartiner sur le pain).

La pomme - est le meilleur des fruits pour Hildegarde, surtout lorsqu'elle est devenue vieille et que la pelure se ride en hiver. Elle est alors aussi bonne pour les malades que pour les bien portants; tous auront également profit à en manger, cuite ou crue pour les bien portants.

Les épices - Parmi la noix de muscade, la cannelle, la réglisse, et nombre d'épices aux multiples vertus, le galanga est - pour Hildegarde - une panacée, notamment en cas de maladie du cœur, grâce à ses propriétés antispasmodiques et vasodilatatrices.

Les vins de santé

L'utilisation de vins peut étonner en raison de l'alcool qu'il contiennent, source de tant de maux. Mais cependant Hildegarde distingue Je vin des alcools habituels. Préparé avec des plantes - l'alcool s'étant évaporé à la cuisson - il exalte ses propriétés curatives.

Vin tonique pour le cœur - Il est préventif contre les problèmes de cœur, de rate, d'insomnie, de lassitude, d'épuisement - Faire cuire un litre de bon vin avec 8 à10 brins de persil (tiges et feuilles), ajouter une cuiller à soupe de vinaigre; laisser bouillir 10 minutes, ajouter 80 à 150g de miel, refaire bouillir encore 5 minutes. Filtrer et boire un à trois verres à liqueur par jour.

Vin a la lavande pour le foie - Celui qui fait cuire de la lavande aspic avec du vin, ou, s'il n'a pas de vin avec du miel et de l'eau, et qui en boit souvent tiède, adoucit la douleur dans le foie, dans les poumons et la vapeur dans les poumons (congestion pulmonaire)

Gâteau pour les nerfs - (pour la joie) Mélanger 45g de poudre de noix de muscade, 45g de cannelle, l0g de poudre de clous de girofle avec 1kg de farine d'épeautre . Manger 4 à 5 biscuits par jour. Ce biscuit enlève toute amertume de votre cœur, ouvre votre intelligence, stimule vos sens engourdis, rend votre esprit joyeux et diminue en vous les sucs nocifs. Ces biscuits sont bons aussi pour les enfants qui ont des difficultés à se concentrer.

Recette des Biscuits de la joie